Le carrossier italien Pininfarina a annoncé son divorce avec le groupe Bolloré. Ce consortium devait se charger de produire la Blue-Car, première voiture électrique du groupe Bolloré.

Bluecar bolloré

Un divorce électrique

La nouvelle est surprenante : Pininfirana se retire de l’aventure Blue Car. Le designer italien revendra les 50% de parts qu’il détient. C’est Bolloré lui-même qui devrait racheter les parts. Une offre aurait été faite à 10 millions d’euros.

La joint-venture avait été fondée en 2007 pour fabriquer la Blue-Car, qui doit être une des premières voitures électriques sur le marché.

Qui va fabriquer la Blue-Car?

La voiture electrique de Bolloré ne sera donc pas assemblée par le carrossier italien. C’est un sous-traitant italien d la région de Turin, Cecomp, qui devrait au final se charger de la construction des véhicules. Ils ne seront donc pas Made In France! Peut-être un désavantage pour les marchés publics comme Autolib

Qu’en est-il d’Autolib’

Justement, cette nouvelle tombe au moment où Bolloré semblait bien placé pour remporter le concours Autolib’. Il y a un mois, le syndicat portant le projet de voiture electrique en libre service dans Paris avait donné un avis favorable au véhicule de Bolloré. Des relations privilégiées devaient être engagées d’ici à la fin de l’année. Le retrait de Pininfarina jette le trouble : volonté d’indépendance de Bolloré, rachat à la demande du syndicat Autolib ou achoppement du projet? Affaire à suivre…


Pin It